dimanche 25 décembre 2011

JOYEUX NOËL à tous !!


Passez d'agréables fêtes en famille...
Remplissez vos cœurs d'amour, de tendresse, de partage
Ne retenez que les moments les plus doux et les plus beaux
avec toute la sérénité et la paix que vous inspirent Noël

A bientôt
Aby et Mélusine

samedi 24 décembre 2011

Les lebkuchen



Ces petites "langues" croquantes et glacées au sucre
sont toujours au rendez-vous des fêtes de Noël.

Il vous faut :
- 250 g de farine
- 100 g de sucre
- 80 g de miel
- 100 g d'amandes concassées
- 100 g d'écorces d'orange confites
- 1 œuf
- 10 g de cannelle moulue

Versez la farine sur un mélange de sucre et de miel fondus ensemble;
ajoutez les amandes, les écorces d'orange, l’œuf et la cannelle.
Huilez une feuille de papier sulfurisé.
Faites des boules de pâte et disposez-les sur le papier sulfurisé 
en les espaçant bien, car ça gonfle à la cuisson.
Aplatissez un peu chaque boule 
avec le dos d'une cuillère à soupe trempée dans un verre d'eau. 
Laissez sécher une nuit.
Faites cuire au four à 160°C pendant 15 minutes
de manière à ce qu'ils restent moelleux

 Glacez avec un mélange de sucre glace et de kirsch 
ou de chocolat

Couleurs et arômes de la pâte d'amandes



La pâte d'amandes dite "crue" 
est à base d'amandes douces, pelées, séchées, 
puis finement broyées et mélangées avec du sucre.
Colorée en vert, en rose, en jaune ou en beige, 
avec du colorant alimentaire 
et souvent aromatisée avec de l’extrait de vanille ou de café, 
elle peut s’acheter toute faite,
en boudins ou en plaques, 
mais elle n'est pas difficile à préparer soi-même.

Munissez-vous de :
- 150 g de sucre glace
- 100 g de sucre semoule
- 170 g de poudre d'amandes fine
- 1/2 cuillerée à café d'extrait d'amandes
- 1 cuillerée à café de jus de citron
- 1 œuf

Recette de base
Tamisez dans une jatte le sucre glace, 
le sucre semoule et la poudre d'amandes.
Remuez le mélange avec une spatule,
ajoutez l'extrait d'amandes et le jus de citron.
Incorporez l’œuf entier, battu à la fourchette :
la préparation doit être assez ferme,
mais suffisamment coulante pour s'étaler.
Travaillez-la à la spatule jusqu'à consistance bien lisse.

Ajoutez un peu de colorant alimentaire 
si vous souhaitez obtenir une pâte d'amandes colorée 

La pâte d'amandes peut être utilisée et consommée tout de suite.

vendredi 23 décembre 2011

Le berawecka



Le berawecka, pâtisserie rituelle du noël alsacien,
copieusement truffé de fruits secs et séchés,
s'offre traditionnellement avant la messe de minuit,
avec une boisson chaude.
Mais en Alsace, il en existe aussi deux autres : 
le Christstolle,directement inspiré de la tradition allemande, 
et dont le nom est sans équivoque,
et l'ogei aux fruits secs et aux épices.

 Dans votre placard :
- 150 g de pruneaux
- 100 g de raisins secs
- 200 g de poires séchées en rondelles
- 6 figues séchées
- 50 g de cerneaux de noix
- 50 g de sucre
- 1 cuillerée à soupe de zestes d'orange râpés
- 12 cerises confites
- quelques pincées de cannelle moulue et d 'anis
- 1 petit verre de kirsch
- 250 g de pâte à pain
- amandes effilées

Faites tremper, égoutter, éponger et hacher les pruneaux dénoyautés, 
les raisins secs, les poires et les figues.
Mélangez-les avec les noix, le sucre, les zestes d'orange, 
les cerises, la cannelle et l'anis.
Ajoutez le kirsch et laissez reposer pendant 3 heures.
Incorporez ensuite cette garniture à la pâte à pain
(commandée chez le boulanger),
pétrissez le tout, 
façonnez en forme de pain oblong,
parsemez le dessus d'amandes effilées
et faites cuire à 180°C pendant 45 minutes.
Servez froid.

jeudi 22 décembre 2011

Délicieux gingerbread

 
Typique de la cuisine anglo-saxonne pour les fêtes de Noël, 
le gingerbread est une sorte de cake aux épices, 
moelleux et brun foncé.

Dans votre placard :
- 320 g de farine
- 1 cuillerée à café de cannelle
- 1 cuillerée à café de gingembre
- 1 cuillerée à café de clous de girofle
- 125 g de beurre
- 120 g de sucre en poudre
- 300 g de mélasse
- 2 cuillerées à café de bicarbonate de soude
- - 25 cl d'eau chaude
- 2 œufs

Mélangez dans une terrine la farine tamisée
avec la cannelle moulue, le gingembre et les clous de girofle moulus.
Battez le beurre ramolli jusqu'à consistance crémeuse,
puis ajoutez le sucre et la mélasse.
Incorporez ensuite le bicarbonate de soude 
dissous dans l'eau chaude.
Ajoutez la farine aux épices petit à petit,
puis les œufs l'un après l'autre.
Faites cuire dans un moule à cake beurré et fariné
pendant 40 minutes au four à 180°C.

Vous pouvez aussi le glacer
ou ajoutez sur le dessus un peu de crème chantilly

Succulent pain d'épices



Des petits  bonheur s de l'hiver, pour retrouver ses saveurs oubliées.
Salés ou sucrés, les pains sont symboles de convivialité et de partage


Il vous faut :
- 10 cl de lait
- 200 g de miel très parfumé
- 80 g de sucre semoule
- 2 œufs
- 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude
- 300 g de farine
 - 2 cuillerées à soupe de jus de citron
- 100 g de fruits confits
- 1 cuillerée à café de cannelle moulue
Faites chauffer dans une casserole le lait 
avec le miel et le sucre.
Battez 2 jaunes d’œufs dans un bol 
en ajoutant la moitié du lait au miel.
Mélangez  le bicarbonate de soude
avec le reste de lait au miel.
Tamisez la farine dans une terrine,
ajoutez peu à peu les deux préparations précédentes en les alternant,
puis le citron ,
les fruits confits hachés et la cannelle .
Battez la pâte pendant 10 minutes,
puis faites-la cuire dan un moule à cake beurré 
et chemisé de papier pendant 1 heure à 180°C.
Démoulez et laissez refroidir sur une grille.

mercredi 21 décembre 2011

Un beau plateau de fruits de mer

Traditionnelles pour les fêtes de Noël, même si elles sont désormais disponibles toute l'année, les huîtres, plates ou creuses, font partie des mets que l'on apprécie avant d’attaquer le plat de résistance d'un repas festif.

Et pour un plateau de fruits de mer, la reine du plateau est bien elle (les quantités indiquées sont pour 1 personne) : 6 plates (belons) et 6 creuses spéciales (Marennes).

On dispose tout autour : 3 clams, 3 praires, 3 palourdes, 6 bigorneaux, 6 bulots, 4 crevettes roses et 2 langoustines, ainsi qu'un demi-tourteau.

Beurre, mayonnaise, citron ou vinaigre à l'échalote et pain de seigle en sont les compléments indispensables.

Les mendiants


Ces douceurs sont généralement servies au moment de Noël. 
Elles doivent leur nom aux fruits secs 
qui surmontent la base au chocolat
et qui évoquent, par leurs couleurs, 
les vêtements des ordres mendiants
(Augustine, Carmes, Franciscains et Dominicains).

Faites fondre 150 g de chocolat à 70% de cacao au bain-marie.
Formez 15 petits disques de chocolat
sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, 
en les espaçant bien.
Répartissez 15 amandes entières, 30 raisins secs, 
15 noisettes entières, 15 morceaux de figues séchées 
et 15 cerneaux de noix sur les disques de chocolat.
Laissez prendre pendant 3 heures au réfrigérateur.

Bûche aux marrons sans cuisson



Travaillez à la fourchette 
500 g de purée de marrons pour éliminer les grumeaux.
Incorporez 125 g de beurre ramolli, 60 g de sucre glace 
et 125 g de chocolat noir fondu au bain-marie 
avec 2 cuillerées à soupe d'eau.
Façonnez en forme de pain allongé, 
enveloppez de papier aluminium 
et mettez au réfrigérateur pour 4 heures.
Taillez les deux bouts en biseau,
striez le dessus à la fourchette et saupoudrez de sucre glace.
Tenez au frais jusqu'au service.

mardi 20 décembre 2011

Les Cougnous



Un usage établi dans de nombreuses régions de France 
voulait que parrains et marraines offrent à leurs filleules, 
à Noël ou au 1er janvier,
un gâteau en forme d'enfant emmailloté.
Ce sont les cugnots, les cougnats, les naulets 
ou encore les cougnous, qui rappellent la naissance de l'Enfant Jésus.

Mélangez 500 g de farine, 70 g de sucre et 1 pincée de sel.
Faites une fontaine, 
ajoutez 10 cl de lait où l'on aura délayé 20 g de levure de boulanger, 
puis 15 cl de lait avec 100 g de beurre fondu.
Incorporez 200 g de raisins secs.
Pétrissez, laissez reposer, 
façonnez en forme de nourrisson emmailloté 
(parfois de simples fuseaux).
Faites cuire au four à 200°C pendant 30 minutes.


lundi 19 décembre 2011

Bûche aux marrons sans cuisson


Travaillez à la fourchette 500 g de purée de marrons pour éliminer les grumeaux.
Incorporez 125 g de beurre ramolli, 60 g de sucre glace et 125 g de chocolat noir fondu au bain-marie avec 2 cuillerées à soupe d'eau.
Façonnez en forme de pain allongé, enveloppez de papier aluminium et mettez au réfrigérateur pour 4 heures.
Taillez les deux bouts en biseau, striez le dessus à la fourchette et saupoudrez de sucre glace.
Tenez au frais jusqu'au service.

Nougat au miel et aux amandes


 Versez 500 g de miel dans une casserole en cuivre 
et faites cuire sur feu doux en remuant 
jusqu'à ce qu'il commence à caraméliser.
Baissez le feu et ajoutez 2 blancs d’œufs montés en neige.
Retirez du feu, 
continuez à remuer et ajoutez 500 g d'amandes douces
cassées en morceaux.
Versez la pâte dans un moule carré huilé 
et tapissé d'une feuille de pain azyme sur une couche de 2 cm d'épaisseur.
Laissez refroidir avant de découper en morceaux.

dimanche 18 décembre 2011

Châtaignes grillées au vin chaud



Prenez 1 kg de châtaignes fraîches bien fermes.
Incisez-les circulairement 
en entamant à la fois l'écorce et la peau.
Mettez-les (en plusieurs fois) dans une poêle trouée 
et faites-les griller sur le feu de bois 
en les faisant sauter souvent.
Au bout de 25 minutes environ, 
elles sont bien grillées, et la peau se défait toute seule.
Épluchez-les et mettez-les dans un panier.
Faites chauffer sans laisser bouillir 1 l de vin rouge 
avec 3 morceaux d'écorce d'orange séchée, 1 bâton de cannelle 
et 10 morceaux de sucre.
Servez les châtaignes grillées avec le vin chaud à part.

samedi 17 décembre 2011

Bonshommes de neige



Pour 12 pièces

Mélangez 170 g de farine et 2 cuillerées à soupe de beurre,
ajoutez 30 g de sucre et 1 œuf battu.
Abaissez sur 6 mm d'épaisseur sur une plaque beurrée.
Découpez des bonshommes stylisées 
à l'aide d'un patron découpé dans du carton.
Faites cuire pendant 12 minutes et laissez refroidir.
Glacez avec un mélange de 125 g de sucre glace
délayé dans un peu d'eau chaude.
Décorez avec des perles d'argent, 
des pastilles de chocolat et des cerises confites

vendredi 16 décembre 2011

Grains de raisin au chocolat







Prélevez environ 60 gros grains de muscat blanc, 
en laissant un petit segment de queue.
Faites fondre 125 g de chocolat noir au bain-marie en remuant.
Lorsque la préparation est bien lisse,
prenez les grains de raisins un par un par la queue 
et trempez-les dans le chocolat pour les enrober aux 2/3.
Vous pouvez aussi les trempez ensuite 
dans un peu de noix de coco si vous aimez...
ou dans des petites pépites de noisettes concassées....
Déposez-les sur du papier d'aluminium, côté brillant, pour les laisser sécher.

jeudi 15 décembre 2011

Soupe aux cerises



Aujourd'hui, je vous offre cette recette alsacienne.
Anciennement, on servait une soupe aux cerises 
lors du réveillon de Noël et,
dans les campagnes, 
tous les animaux avaient droit à une ration supplémentaire

Pour 8 personnes
Dénoyautez 1,2 kg de cerises noires en récupérant le jus.
Préparez un roux dans une casserole 
avec 50 g de beurre et 50 g de farine, 
versez en fouettant 1,5 litre d'eau tiède, 
puis ajoutez 40 cl de vin rouge et 40 cl de kirsch.
Faites chauffer en remuant, 
ajoutez les cerises et un peu de sucre.
Laissez chauffer pendant 10 minutes,
puis servez sur des croûtons de pain de mie dorés dans du beurre.

J'avoue ne pas avoir essayer....
Mais pourquoi pas pour un dessert ,
ou en revenant de la messe de minuit,
pour vous requinquer après la longueur de l'office ?

mercredi 14 décembre 2011

Champagne, une histoire de bulles


Très apprécié de Mme de Pompadour, qu'il "laissait belle après boire", le champagne est depuis des siècles, en France et dans le monde, le vin des fêtes par excellence.
C'est à un moine bénédictin du XVIIe siècle, dom Pérignon, que l'on doit la méthode de fermentation champenoise, qui permit de transformer le vin tranquille de Champagne en un vin mousseux de réputation universelle.


Le plus élaboré du monde
Somptueux produit né d'un terroir particulier et des raisins qui y ont été acclimatés, le champagne dépend aussi d'une alchimie codifiée et d'une industrie sophistiquée.
Un presque mythique, chargé de toute une symbolique, associé depuis toujours à la convivialité, au bonheur, à la fête et aux hommages, le champagne a une histoire d'exception. Voltaire l'écrivait déjà en 1736 : "De ce vin frais l'écume pétillante, de nos Français est l'image brillante"

Savoir lire l'étiquette
Tout d'abord, dans la partie supérieure de l'étiquette, figure le mot "champagne" en caractères très apparents. Il est suivi du nom de la marque, avec éventuellement un logo.
La mention de l'élaborateur est ensuite accompagnée du nom de la commune où il exerce.
A côté des mots "product of France" est indiqué  un numéro immatriculation et de contrôle du Comité interprofessionnel des vins de Champagne, précédé de deux lettres : NM (marque de maison de Champagne), RM (marque de vigneron manipulant), CM (marque de coopérative de producteurs) ou MA (marque de commerçant distributeur).

Du brut au doux
L'étiquette d'une bouteille de champagne porte la mention de la teneur en sucre, indiquée très clairement par les mots : extra-dry ou brut (c'est-à-dire sec, souvent tenu pour la meilleure qualité), sec (en fait légèrement doux), demi-sec (doux) ou doux (très doux).

Les bouteilles
Par ordre croisant de taille, les bouteilles de champagne en verre épais vert sombre, fermées par un bouchon muselé, sont les suivantes :
- quart
- demi-bouteille (37,5 cl)
- bouteille (75 cl)
- magnum (2 bouteilles)
- jéroboam (4 bouteilles)
- réhoboam (6 bouteilles)
- mathusalem (8 bouteilles)
- salmanazar (12 bouteilles)
- balthazar (16 bouteilles)
- et enfin nabuchodonosor (20 bouteilles)

Comment le garder ?
Il est toujours conseillé de ne pas faire voyager le champagne pendant les chaleurs excessives de l'été ou par les froids trop rigoureux de l'hiver.
Dès l'arrivée du vin, il faut le mettre dans une bonne cave à une température moyenne de 10 à 12° C, où les bouteilles sont gardées constamment couchées.
Si les bouteilles sont laissées trop longtemps debout, le bouchon, n'étant plus en contact immédiat avec le vin, se dessèche peu à peu, ce qui peut exercer une influence néfaste, notamment la perte de la mousse.

Comment le servir ?
Au moment de servir le vin, ne le transvasez jamais, servez-le toujours dans sa bouteille d 'origine.
Il se sert frappé, mais non glacé, entre 6° et 8°C. On en doit pas laisser le bouchon sauter, mais au contraire le retenir, en penchant fortement la bouteille, pour que les gaz viennent buter contre le col et que la différence de pression ne laisse pas trop échapper de bulles.

La coupe ou la flûte ?
La coupe a longtemps été le verre de service de prédilection du champagne, mais on lui préfère désormais la flûte ; avec un pied assez haut pour un bon équilibre, une base profonde et étroite pour la remontée des bulles et la formation de la mousse, une courbure refermée pour le développement des arômes et une ouverture suffisante pour introduire le nez et les lèvres.

Bons accords
Le champagne se boit à l'apéritif, avec quelques amuse-gueule raffinés.
On peut l'escorter des fameux biscuits de Reims (roses ou blancs, comme les préfèrent les Rémois), mais il peut aussi accompagner tout un repas de fête.
Il est en accord parfait avec le saumon (frais ou fumé), la poularde pochée, le turbot, le brochet, ainsi qu'avec la charlotte ou les bavarois aux fruits, sans oublier le chocolat.
On peut l'utiliser à la place du vin blanc pour un beurre blanc ou d'un vin liquoreux pour un sabayon.

Sabler le champagne,
c'est tout simplement le déguster : il doit pétiller délicatement en bouche, sans mousser excessivement.
Il doit étinceler et scintiller en rehaussant les sensations gustatives.
Trop fruité, il ne ressemble plus à un vrai champagne..

Sabrer le champagne,
c'est décapiter le col d'un mouvement sec avec un couteau spécial à lame d'acier et à manche court, "à la cosaque", méthode qu'il est nécessaire de maîtriser à la perfection.

Et voilà, vous savez presque tout sur ce roi des fêtes de Noël !!

mardi 13 décembre 2011

Gratin de pommes meringué aux macarons


Rangez 4 pommes pelées et coupées en lamelles dans un plat à gratin en les faisant se chevaucher.
Recouvrez d'un mélange de sucre en poudre et de chapelure.
Ajoutez encore 3 autres pommes en lamelles, recouvrez encore du même mélange et ajoutez quelques noisettes de beurre.
Faites cuire au four à 180°C pendant 30 minutes.
Recouvrez de brisures de meringue et de petits macarons secs, puis faites blondir sous le gril.

Les petits feuilletés aux anchois

 Pour une table de huit personnes, 
voici ce dont vous aurez besoin :
- 1 kg de pâte feuilletée qu'on peut rouler sur elle-même
- 150 g de graines de sésame
- 100 g de graines de pavot
- Deux jaunes d'œufs
- Une boîte d'anchois à l'huile d'olive.
    Matériel :
    - Un rouleau à pâtisserie
    - Un pinceau
    - Un couteau bien aiguisé
    - Deux ou trois feuilles de papier sulfurisées.

      Comment préparer vos petits apéritifs aux anchois :

      C'est une recette d'une simplicité extrême,
      et vous pouvez la préparer 
      puis la réchauffer au four une demi-heure 
      avant l'arrivée de vos invités.

      Enlevez l'emballage de votre pâte feuilletée déjà étalée,
      puis à l'aide de votre rouleau à pâtisserie,
      étalez un peu plus finement celle-ci
      qui doit faire un 1/2 cm de largeur à peu près.
      Puis avec un couteau,
      coupez des bandes dans la longueur sur une largeur de 8 cm.
      Au centre de chaque bande,
      posez un à côté de l'autre un filet d'anchois,
      puis badigeonnez les extrémités
      et fermez la bande sur elle même,
      l’œuf sert de colle.
      Avec un couteau qui coupe correctement,
      sectionnez des petits morceaux de 3 cm de large
      et posez-les séparément sur un plateau sulfurisé.
      Puis à l'aide de votre pinceau,
      badigeonnez chaque feuilleté avec le jaune d'œuf
      et saupoudrez une partie avec des graines de sésame
      et l'autre avec des graines de pavot.
      Préchauffez le four à 200 ° et dès qu'il est chaud
      enfournez votre plateau et laissez cuire 18 minutes environ ;
      ils doivent être bien gonflés et de couleur dorée.
      Laissez les refroidir
      et placez les sur un plat en inox
      avec des olives, des variantes,
      et un apéritif mousseux
      ou un alcool digestif (à consommer avec modération).
      Voici une recette rapide et tellement croustillante.

      vendredi 2 décembre 2011

      Nouzillards au lait


      Dans les campagnes d'Anjou et de Touraine, ce plat constituait bien souvent le repas du soir en hiver.

      Fendez 1 kg de châtaignes et faites-les cuire dans une grande quantité d'eau salée pendant 30 minutes.
      Égouttez-les et épluchez-les, décortiquez-les et répartissez-les dans des bols, puis recouvrez de lait bien chaud à ras bord.
      Dégustez à la cuillère.
      Dans certaines contrées, on remplaçait (pour les adultes) le lait chaud par du vin blanc sucré tiède.

      LinkWithin

      Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...